INFOTEL VOUS REMERCIE POUR VOTRE CANDIDATURE

Un chargé de recrutement prendra contact avec vous prochainement.

[DÉCRYPTAGE] La blockchain

Blockchain

D’où vient la blockchain ?

En 2008, dans un contexte de crise financière et de crise de confiance envers les banques, les États, et les institutions financières, la nécessité de changement devient évidente.

C’est ainsi que vient l’idée d’une monnaie digitale qui permettra :

  • D’effectuer des échanges directement d’un utilisateur à un autre
  • D’éviter d’utiliser deux fois la même pièce de monnaie
  • D’avoir la capacité de garantir l’échange sans la présence d’une autorité centrale

La solution répondant à tous ces prérequis apparaît la même année : la blockchain.

La première blockchain, basée sur le Bitcoin, est développée par un anonyme se faisant appeler Satoshi Nakamoto.

La blockchain est la technologie sous-jacente et vérifie donc les 3 caractéristiques requises à savoir :

  • Effectuer des échanges directement d’un utilisateur à un autre en utilisant un processus Peer-to-Peer (P2P)
  • Éviter d’utiliser deux fois la même pièce de monnaie en enregistrant et en partageant toutes les traces de transactions répertoriées dans le Livre (appelé ledger)
  • Avoir la capacité de garantir l’échange sans la présence d’une autorité centrale : ce sont les utilisateurs qui valident, partagent et sont les garants des transactions

En 2014, il y a un retour en arrière : puisque nous n’avons pensé la blockchain qu’en tant que technologie d’échange, les utilisateurs commencent à penser qu’elle pourrait aider dans d’autres domaines grâce à ses caractéristiques fondamentales.

En effet, la technologie blockchain permet, que ce soit pour un produit ou un service, de :

  • Supprimer les intermédiaires grâce aux échanges Peer-to-Peer
  • Garder une trace des transactions grâce au ledger
  • Obtenir un consensus distribué par l’absence d’une autorité centrale de contrôle

De cette constatation sont nés les « smart contracts », associés au nouveau grand changement numérique, l’Ethereum.

La blockchain, c’est quoi exactement ?

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission de l’information qui fonctionne comme un livre :

  • Tout le monde y a accès librement et gratuitement
  • Tout le monde peut écrire dessus sans possibilité de modifier une information déjà présente
  • Elle est impossible à effacer et indestructible

Pensez la blockchain comme une chaîne de blocs, chacun contenant des informations sur des événements récemment produits. Ces données recouvrent n’importe quelle activité en ligne, que ce soit un achat de produit, un transfert de propriété, une vente de propriété ou un paiement de redevances.

Ainsi, la blockchain est utilisée de manière décentralisée et permet la désintermédiation par le remplacement de la confiance des tiers, comme les banques, les notaires, …

Un système distribué comme la technologie blockchain, est un ensemble d’ordinateurs indépendants (appelé nœuds) qui se connectent à un réseau et peuvent communiquer, comme Internet. Le web ne contient en effet aucun nœud central et la défaillance d’un serveur n’interrompt pas les autres utilisateurs.

MyCollat chez BNP Paribas : un MVP innovant autour de la technologie blockchain Hyperledger d’IBM

Quelles sont les principales caractéristiques de la blockchain ?

La blockchain est sécurisée

Toute transaction doit être validée en amont avant d’être enregistrée. Une fois approuvée, celle-ci est cryptée et reliée aux transactions précédentes.

De plus, comme l’information est stockée sur un réseau d’ordinateurs plutôt que sur un seul serveur, il est très difficile pour les pirates informatiques de compromettre les données des transactions.

Dans tout secteur d’activité où la protection des données sensibles est cruciale – services financiers, gouvernement, soins de santé – la blockchain a la possibilité de changer réellement la façon dont celles-ci sont partagées en aidant à prévenir la fraude et les activités non autorisées.

La blockchain est distribué

Les processus traditionnels, souvent lourds en paperasse, prennent beaucoup de temps, sont sujets à l’erreur humaine et nécessitent souvent la médiation d’un tiers. En rationalisant et en automatisant ces processus à l’aide d’une chaîne de blocs, les transactions peuvent être effectuées plus rapidement et plus efficacement.

Pour la plupart des entreprises, la réduction des coûts est une priorité. Avec la blockchain, nul besoin d’autant de tiers ou d’intermédiaires pour avoir des garanties, car il importe peu de faire confiance à un partenaire commercial. Il n’y a qu’à faire confiance aux données de la blockchain. Nul besoin non plus d’examiner autant de documentation pour effectuer un échange puisque tout le monde aura accès à une version unique et immuable.

La blockchain est transparente

Tous les utilisateurs du réseau partagent la même documentation et non des copies individuelles. Cette version partagée ne peut être mise à jour que par consensus.

La modification d’un seul enregistrement de transaction nécessiterait la modification de tous les enregistrements ultérieurs et la collusion de l’ensemble du réseau.

Ainsi, les données d’une blockchain sont plus précises, plus cohérentes et plus transparentes que lorsqu’elles sont soumises à des processus scripturaux. Ces données sont également à la disposition de tous les participants qui en ont l’autorisation.

Les différents types de blockchain

La blockchain publique

Tous les participants ont accès à la base de données. Ils peuvent en héberger une copie et la modifier en mettant à disposition la puissance de calcul de leur ordinateur. C’est le cas de la blockchain Bitcoin.

Le consortium

La blockchain est accessible à tous mais pas toutes ses informations. Les droits des utilisateurs diffèrent et la validation des blocs est soumise à des termes prédéfinis. Il est possible de supprimer, étendre, déléguer ou de révoquer l’accès à cette blockchain. Cette blockchain s’adapte bien aux contextes réglementés.

La blockchain privée

L’accès et les droits de modification de la base de données sont centralisés par une organisation. Le système est facilement intégrable au SI et présente l’avantage d’avoir une ligne d’audit cryptographique.

Qu’est-ce qu’un « nœud » ?

Comme expliqué précédemment, le cœur de la blockchain est de créer un système ou un process décentralisé. Il ne doit y avoir aucun serveur central. Tout fonctionne selon un réseau Peer-to-Peer (P2P) tout à fait comme les torrents qui permettent un échange de fichiers entre ordinateurs.

Tous les ordinateurs disposant d’une copie de la blockchain sont appelés « nœud » du réseau.

Pour ajouter votre ordinateur au réseau, vous devez utiliser un logiciel appelé Bitcoin Core (si vous souhaitez utiliser le Bitcoin évidemment). Si vous faites cela, votre ordinateur va récupérer toutes les informations de la blockchain contenues sur les autres ordinateurs et les geler du fait que vous ayez besoin d’ordinateurs très puissants pour recevoir toutes ces données.

Les nœuds du réseau Bitcoin se comptent en dizaines de milliers mais le seul qui importe véritablement est le nombre de nœuds actifs, capables de recevoir et transmettre les nouvelles transactions.